(b)Arca lui goE

b-Log anonim, amator si ventrilog al celor fara de blog. Despre NIMIC

O-Con-Clu-Zie

Posted by Arca lui Goe pe Octombrie 3, 2012

Drept sau nu, corect sau nu, materiile trebuie sa fie re/combinate pentru a obtine o imagine medie asupra satrii de fapt peste toata „materia”. Apoi, drept sau nu, corect sau nu, personajele relative, notate individual, trebuie sa fie re/combinate pentru desavarsirea unei imagini medii si globale asupra re/activitatii prea-cinstitului cititor citit si unic al Arcei lui Goe:

C A N T I T A T E
  nick Media
Sentimentelor
Maxime
Pentru
Toate
Materiile
1 AVP 9.45
2 Stely 9.43
3 Gabriela D. Savitsky 9.16
4 Rebeliunea Minerala 8.77
5 Medusa 8.66
6 Polichinelle 8.64
7 Tiberiu Orasanu 8.36
8 Ioan T. Morar 8.19
9 Dorin Tudoran 7.95
10 Personaj Anonim si Colectiv 7.88
11 Radu Humor 7.88
12 Dictatura Justitiei 7.87
13 Eungen 7.87
14 Niku Electriku 7.77
15 Mitzaa Biciclista 7.75
16 Adrian Nastase 7.28
17 D’Artagnan 7.05
18 Habar N-Am 6.93
19 Ana Ayana 6.62
20 Tilbuhoglinda 6.46
21 INTJ 6.25

***

Cantitate * Calitate
Valori medii peste timp
  nick Media
Sentimentelor
Medii
Ponderate
Cu Indicele
De Calitate
Peste
Toate
Materiile
1 Polichinelle 6.87
2 Medusa 6.86
3 Tiberiu Orasanu 6.23
4 Rebeliunea Minerala 6.16
5 Stely 5.71
6 Gabriela D. Savitsky 5.37
7 Dictatura Justitiei 5.14
8 Eungen 5.1
9 AVP 5.01
10 Niku Electriku 4.84
11 Dorin Tudoran 4.66
12 Ioan T. Morar 4.59
13 Personaj Anonim si Colectiv 4.56
14 Mitzaa Biciclista 4.53
15 D’Artagnan 4.41
16 Tilbuhoglinda 4.3
17 Habar N-Am 4.04
18 INTJ 3.26
19 Ana Ayana 3.21
20 Adrian Nastase 2.69
21 Radu Humor 2.61

***

C A L I T A T E
  nick Valoarea
Medie
A Calitatii
Sentimentului
Pentru
Toate
Materiile
1 Polichinelle 9.17
2 Medusa 8.55
3 Tiberiu Orasanu 8.23
4 Rebeliunea Minerala 7.98
5 Eungen 7.49
6 Dictatura Justitiei 7.47
7 D’Artagnan 7.46
8 Tilbuhoglinda 7.38
9 Mitzaa Biciclista 7.29
10 Niku Electriku 7.05
11 Stely 7.04
12 Gabriela D. Savitsky 6.92
13 Personaj Anonim si Colectiv 6.78
14 Habar N-Am 6.58
15 Dorin Tudoran 6.55
16 Ioan T. Morar 6.45
17 AVP 6.08
18 INTJ 6.03
19 Ana Ayana 5.73
20 Adrian Nastase 5.14
21 Radu Humor 4.17

Si acum mediile pe „scoala”:

Cantitate
  Individ Media
Sentimentelor
Maxime
Pentru
Toate
Materiile
si pentru toti
 Prea-cinstitul
cititor
citit si unic
al Arcei
lui Goe
7.92

***

Cantitate x Calitate
  Individ Media
Sentimentelor
Medii
Ponderate
Cu Indicele
De Calitate
Peste
Toate
Materiile
si pentru toti
 Prea-cinstitul
cititor
citit si unic
al Arcei
lui Goe

4.77

***

Calitate
  Individ Valoarea
Medie
A Calitatii
Sentimentului
Pentru
Toate
Materiile
si pentru toti
 Prea-cinstitul
cititor
citit si unic
al Arcei
lui Goe
6.93

***

Valorile din coloana 1 si 3 sunt desigur orientative, oglindind anumite stari de maximintamplate la un moment dat  in relatia Arcei lui Goe cu ea insasi. De mare baza ramane coloana a-II-a unde este reflectata situatia globala peste timp si peste personaje. Din asta rezulta ca, per total, pe o sacra de la 1 la 10, Arca lui Goe este „un blog” de nota 4.77. Prin rotunjire si indulgenta se poate trece in catalog nota 5. O fi mult, o fi putin, important este ca Dl.Goe a scapat de corigenta si prin urmare anul acesta n-o sa mai ramîie repetent, iar Mam’Mare, Mamitza si Tanti Mitza nu mai au niciun motiv sa-l duca la Bucuresti nici de 10 Mai nici de 1 Decembrie.

Arca lui Goe – un „blog” de Nota 5

17 răspunsuri to “O-Con-Clu-Zie”

  1. Vizitatorul said

    acuma cu media asta ai putea si tu sa urmezi o scoala profesionala .

  2. Radu Humor said

    Dacă tot v-ați încălzit, continuați să vă jucați :

    http://www.bbc.co.uk/news/world-us-canada-19794259

  3. Radu Humor said

    Făcătura asta iudeo-masonică (mUE) surprinde prin obrăznicia și impertinența cu care o mână de ovreiași, complexați de faptul că n-au o țară a lor ( sigură și pe măsura banilor pe care-i învârt ), din motive care în cea mai mare parte le aparțin, s-au gândit să-și tragă una cât Europa (deocamdată !) !
    Profitând de autoculpabilizarea tălâmbă a Germaniei, statul cu cea mai mare pondere europeană din mai toate pdv, de o rețea iudaică foarte puternică în Franța și alte state vest europene, dar și de ignoranța și setea de parvenire a statelor est europene, dornice să consume capitalism cu polonicul, după abstinența din perioada comunistă, au pus pe roate un colos cu picioare de lut, reușind să aducă în pragul disperării mai toate națiunile care au pus botul la această teribilă cacealma !
    Care se trezesc cu suveranitate ciuntită sau chiar fără ea ( depinde de cei care au ajuns impuși, cumpărați sau șantajați de ei, în fruntea statelor ), de dragul apartenenței la o nouă formă de colectivizare, mai crâncenă decât cea comunistă, de altfel tot de ei inventată și implementată !
    Sincer să fiu așteptam mai de mult să se trezească alții înaintea românilor ( germani, francezi, polonezi, unguri, spanioli, portughezi, etc.) să conștientizeze pericolul și să spună stop acestei criminale uniuni iudeo-masonice, dacă românii se pare că dorm pe coadă, ca de atâtea ori de-a lungul veacurilor, până le ajunge focul la noadă !
    Articolul lui Alain Lamassoure a apărut destul de târziu, dar este binevenit să se alăture corului (aproape ) robilor europeni !

  4. Radu Humor said

    Iată și articolul :

    Comme les années précédentes, le débat sur le budget européen s’engage comme un jeu de rôles qui paraît aussi détestable qu’inexorable : d’un côté, les dépensiers incoercibles, que seraient la Commission et le Parlement européen ; de l’autre, les sages ministres du Budget, économes de l’argent des contribuables. Imaginez un peu : au moment où tous les pays sabrent héroïquement dans leurs budgets nationaux, « Bruxelles » propose d’augmenter ses dépenses de près de 7% ! Sur quelle planète vivent donc ces eurocrates incorrigibles ?
    Les acteurs eux-mêmes croient participer à un débat de sourds. Mais la bonne comparaison serait plutôt la parabole des aveugles : tout le monde perd de vue ce dont on parle vraiment. L’impasse budgétaire s’explique, non par un manque de moyens, mais par ce qui restera un cas d’école de mauvaise gestion politique : à Bruxelles ; dans les capitales nationales ; et entre les deux niveaux.
    On s’en tiendra au cas des fonds structurels, ou fonds régionaux, qui représentent près de 40% du budget.
    Comme dans tous les budgets publics, on distingue des crédits d’engagement et des crédits de paiement. Une opération ne peut être lancée que si l’on est sûr de disposer de l’argent nécessaire : ce sont les crédits d’engagement, sur la base desquels sont subventionnés les marchés, après ventilation par Etat membre et programmes opérationnels. Si l’opération dure plusieurs années, les prestations sont réglées au fur et à mesure à partir des crédits de paiement.
    La vraie décision politique porte donc sur les crédits d’engagement : une fois l’opération engagée, le paiement n’est plus qu’une conséquence technique, juridique, comptable, inéluctable. Et jusqu’à une période récente, le débat annuel sur le budget européen ne portait bien que sur les engagements. Seulement voilà : le budget européen est financé par des contributions des budgets nationaux, et celles-ci sont versées sur la base d’appels de fonds de la Commission européenne en fonction des besoins de paiements. La crise de la dette ayant fait peser des tensions insupportables sur les budgets nationaux, depuis trois ans les gouvernements se désintéressent totalement du débat politique sur le budget européen, laissant leurs représentants se battre exclusivement pour réduire les paiements.
    C’est un mauvais combat : les paiements ne reflètent pas les choix politiques. C’est un combat perdu d’avance : l’échéance n’est que retardée, de quelques semaines ou de quelques mois. Et surtout, c’est un combat perdant-perdant pour les Etats membres, autant que pour la politique européenne.
    Lorsqu’un projet local est financé avec des crédits européens, l’autorité de gestion qui assure la maîtrise d’ouvrage règle les fournisseurs, puis demande à la Commission le remboursement de sa part de la dépense. Un remboursement qui ne peut être effectué qu’à partir de crédits de paiements. Si bien que les crédits de paiement demandés par la Commission ne sont que l’addition des demandes faites par les Etats membres, demandes qui correspondent à des dépenses déjà décidées par ceux-ci et, le plus souvent, déjà faites. Ainsi, les crédits de paiement ne sont pas « l’argent de Bruxelles », mais bel et bien « l’argent des 27 Etats membres », les droits de tirage que ceux-ci exercent légitimement envers l’Union. Et pourtant, chaque automne, quand les 27 ministres du Budget rencontrent la délégation de 27 députés européens pour décider du montant du budget annuel, chacun des acteurs joue à contre-emploi : les ministres se battent pour réduire les remboursements qui leur reviennent, et les députés plaident pour honorer les engagements des Etats ! Pire : chacun est de bonne foi.
    Comment cette situation ridicule est-elle possible ? Tout simplement par le fait que, dans la plupart des Etats membres, l’autorité qui demande les remboursements à Bruxelles n’est pas la même que celle qui négocie le budget communautaire. Parfois, ce sont les collectivités territoriales elles-mêmes qui s’adressent directement à la Commission, sans passer par leur administration centrale. Il n’est pas rare qu’un ministre du Budget ignore la somme des demandes faites à Bruxelles par les collègues de son propre gouvernement. D’autres ont les moyens de savoir, mais préfèrent apparemment ne pas y regarder de trop près. La Commission a encouragé maladroitement la confusion générale, en gardant pour elle les informations provenant des capitales nationales, tout en se réservant le droit de réviser unilatéralement certaines demandes sur la base de critères qui lui sont propres, dans une cuisine comptable dont elle se réserve jalousement le secret. Ce faisant, elle achève de « bruxelliser » des demandes de paiements qui auraient dû rester nationales.
    En cet automne 2012, cette procédure aberrante atteint un paroxysme qui remet en cause les décisions prises par le Conseil européen de juin dernier. Le 28 juin, en adoptant un « pacte de croissance », le Conseil européen a décidé de consacrer 120 milliards d’euros, au niveau de l’Union, au soutien immédiat de l’activité économique, dont 55 milliards de « crédits supplémentaires » (sic) provenant des fonds régionaux. Mais la machinerie budgétaire pilotée par leurs propres ministres est partie pour aboutir au résultat exactement contraire. Formulées par les Etats membres eux-mêmes, les demandes de crédits de paiement correspondant aux opérations déjà achevées ou en cours d’achèvement sont évaluées à une dizaine de milliards supplémentaires pour la seule année 2012. Si ces crédits ne sont pas ouverts, ce n’est pas le Parlement européen qui souffrira, ni la Commission, mais les collectivités locales et les budgets nationaux qui ne seront pas remboursés des dépenses qu’ils ont faites.
    On peut évaluer l’ordre de grandeur du manque à gagner pour chaque pays. Pour la France, sur le seul exercice actuel, la perte représentera environ 400 millions de moins pour les investissements régionaux. Pour une région moyenne telle que l’Aquitaine, cela signifiera environ 10 à 15 millions de crédits européens promis dont le remboursement sera renvoyé sine die. Très à l’avant-garde pour comprimer les dépenses européennes, le Royaume-Uni se privera d’environ 180 millions de remboursements de l’Union.
    Le manque à gagner sera encore plus élevé pour les pays qui ont le plus besoin des financements européens : de l’ordre de 600 millions pour la Grèce et 900 millions pour l’Espagne ! Au moment même où le Conseil européen met en place, dans la douleur, des mécanismes coûteux de soutien à ces pays. Et ces besoins ne sont pas prêts d’être satisfaits puisque les ministres du budget entendre réduire encore de 1,6 milliards les crédits de paiement de l’année à venir dans le seul domaine de la Cohésion.
    En ce début d’octobre, le FSE est en cessation de paiement. Les programmes Erasmus le seront dès la semaine prochaine. Le programme-cadre recherche et les crédits d’aide à l’innovation le seront à la fin du mois. Qui donc sera rassuré de cette incapacité de l’Union d’honorer ses engagements ? Ni les opinions publiques, ni les marchés financiers.
    Ainsi, les gouvernements se sont enfermés dans une logique qui est contraire à l’intérêt de chacun et qui contredit de manière choquante les engagements les plus solennels d’accroître la solidarité européenne et de soutenir la croissance. Il est temps d’en sortir.
    Pour le budget 2013, le Parlement a bien l’intention d’engager un débat politique : donc, de négocier sur le montant du budget et sur ses priorités politiques à partir des crédits d’engagement. Nous considérons que, sur les crédits de paiement, la charge de la preuve incombe à ceux des Etats qui nient que deux et deux font quatre. Nous invitons la Commission à demander aux autorités nationales habilitées de certifier, dans un document rendu public, le niveau et la répartition des demandes complémentaires de crédits de paiement pour 2012 et l’actualisation de leurs besoins pour 2013.
    Si cette suggestion est retenue, je proposerai au Parlement de retenir purement et simplement l’addition de ces besoins pour fixer les chiffres définitifs de crédits de paiement.
    Dans le cas contraire, nous demanderons à la Commission de publier l’ordre de grandeur du manque à gagner pour chacun des Etats, des régions, des opérations et des programmes concernés. Chacun sera mis publiquement devant ses responsabilités.
    Alain Lamassoure

  5. Relu said

    Nu cred ca erau necesare atitea calcule aritmetice pentru o concluzie vizibila cu ochiul liber si de pe Luna 🙂

  6. Dl.Goe said

    O veste despre o retragere – vanatorul/d.c.:”Nici nu stiu daca sa ma bucur sa nu.Spun asta deoarece s-ar putea ca astazi sa fie ultima mea intervantie pe forumuri.Ultima mea zi in calitate de comentator carcotas,impetuos si patimas…Si tocmai azi,in probabil ultima zi cand ma adresez domnului Iaru..trebuie sa-i spun..felicitari pentru acest articol! Si sincere pe deasupra!Si cat am asteptat..ziua cand sa trebuiasca sa-l felicit..!Si cat am dorit-o..!Si i-am dorit-o!Si-i ultima zi..si-mi pare aproape rau.As fi vrut sa sa nu se fi intamplat asa..As fi vrut sa-l felicit de fiecare data cand..nu puteam.Dar il citeam si cred ca asta a contat si pentru mine..si pentru dumnealui.Chiar il citeam.Si cred ca asa a fost bine.Si pentru mine..si poate,sper,si pentru poet.Si mai sper sa fie felicitat si de altii..de-acum incolo.Eu am facut-o.”

    Mesajul de adio de mai sus ii ieste adresat fostului poet si ziarist naiv-candid Florin Iaru, iar cel care i-l adreseaza este unul dintre cei mai lucizi si mai pertinenti comentatori anonimi din Romania, cel care obisnuia sa semneze cu pseudonimul „vanatorul/d.c.”. Gestul sau de a se retrage nu denota in sine nici bine, nici rau, dar absenta sa din subsolurile insalubre ale fostului ziar centaral al lui Dinu Patriciu va insemna o mare pierdere.

  7. corporation offshore said

    Vorbesc de Monster din 2003,un film biografic despre Aileen Wuornos(interpretata de Charlize Theron).Abuzata sexual in copilarie si viitoare prostituata,Aileen,o femeie foarte frumoasa cu parul blond si ochii negrii(deteriorata de droguri si alcool)devine una dintre cele mai cunoscute criminale din istorie dupa ce dezvolta o scarba fata de fiecare barbat care ii ofera bani in schimbul serviciilor sexuale.Abuzata de un client,batuta si violata de aceasta,este nevoita sa il impuste ca sa scape,atunci apare repulsia fata de barbatii care i-au facut atata rau inca de la o varsta frageda.In tot acest amalgam de sentimente,prostitutie si inocenta pierduta,Aileen o intalneste pe Tyria Moore (interpretata de Christina Ricci sub numele de Selby Wall)de care se indragosteste pana peste cap si pentru care ar face orice.Desi Tyria,care in realitate era mult mai bataioasa este interpretata ca o tanara pierduta,firava si fara prieteni care simte nevoia dar in acelasi timp frica de a fugii de acasa,Christina Ricci a facut o treaba chiar buna.Cele doua trec printr-o serie de aventuri,certuri si nopti pasionale pana cand una dintre victimele lui Aileen e un politist,de atunci fiind doar o chestiune de timp pana cand cele doua sa fie prinse.Desi la un moment dat Aileen se simte tradata de Selby,aceasta o obliga sa plece inapoi acasa cand simte ca pana la urma va fi prinsa.Cele doua continua sa tina legatura si,fie de frica sa nu fie considerata complice fie de gura parintilor,Selby ajuta politia sa intercepteze telefoanele primite de la Aileen pentru a o gasii mai usor.Intr-un final aceasta este condamnata la moarte.

Lasă un răspuns

Te rog autentifică-te folosind una dintre aceste metode pentru a publica un comentariu:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s

 
%d blogeri au apreciat asta: